EXPOSITIONS

Carnets de croquis d'Armelle Voinier
__

De mai à septembre 2010
Atelier d'Architecture Correia & Ass.
7,place de la République
21210 SAULIEU
__

Entrée libre, du lundi au vendredi, 9h - 12h et 14h - 17h


L’architecture se nourrit des relations qu’elle peut entretenir avec l’art contemporain, c’est pourquoi l’atelier accueille régulièrement dans ses murs des expositions ou des évènements instaurant un rapport entre bâti, paysage et regards artistiques : photographie, peinture, dessins, aquarelles, vidéos.

"Après avoir parcouru la ville de Dijon et m’être émerveillée de sa beauté, c’est à Munich, ville à la fois traditionnelle et résolument moderne que j’ai souhaité flâner.

Cette dualité de la capitale de la Bavière, j’ai tenté de la retranscrire dans ce carnet de voyage : « Flâner à Munich et savourer… ».

D’un point de vue architectural, le contraste est très fort entre des édifices en pierre du cœur historique de la ville, tels que le Neues Rathaus , l’église St Peter, ou encore la portes fortifiée Karlstor et des constructions plus aériennes et audacieuses comme le Centre BMW ou le Parc Olympique.

Munich est une ville bien ancrée dans ses traditions et elle en tire une certaine fierté. Ce qui pourrait être perçu comme clichés existe bel et bien : ainsi, les costumes traditionnels (Dirndl) se confrontent, dans la rue, aux tenues les plus actuelles.

Au travers de mes dessins, c’est également toute l’atmosphère à la fois nonchalante et dynamique de la ville que j’ai tenté de restituer. Que ce soit sur les places, aux terrasses des cafés, dans les Biergärten ou les brasseries, les lieux créent des liens sociaux forts et importants. Ils se prêtent à cette convivialité. Ces moments de détente et d’échanges sont intégrés au rythme rapide du quotidien.

L’opulence de la ville se manifeste par de grands espaces ouverts, aérés : larges artères bordées de monuments imposants, vastes places ou nombreux parcs verdoyants.

Avec pour seuls outils un bloc de feuilles et quelques crayons, je suis partie découvrir cette ville au printemps 2008. Le crayon me permet de me concentrer sur l’essentiel, de supprimer l’anecdote, d’exprimer ce qui m’interpelle. La rapidité et la fugacité des traits traduisent la nécessité de retranscrire sur une feuille immobile quelque chose d’éphémère, qui m’échappe, une émotion dont je souhaite malgré tout garder une trace. Les touches de couleur, sur certains dessins, sont là pour informer, pour signifier l’important, mettre l’accent sur un détail."

Armelle VOINIER